maladies

Maladies

Complications lors de la mise bas

Causes:

  • Inertie utérine
  • Porcelets en mauvaise position
  • Porcelets malformés ou trop gros

(Ce ne sont là que les principales causes.)

Dans des conditions d’alimentation et de détention correctes, les complications lors de la mise bas sont rares, en particulier chez le cochon laineux. Toutefois, une alimentation trop grasse durant la gestation peut conduire à une inertie utérine. Le gardien devrait avoir un œil sur la truie pendant la mise bas, afin de vérifier si les contractions et les expulsions de porcelets se produisent régulièrement ou s’il y a une mise bas difficile. Il est conseillé aussi de surveiller la sortie de l’arrière-faix.

L’assistance à la mise bas ne peut être pratiquée que par des gardiens très expérimentés et dans des conditions d’hygiène irréprochables. Le débutant aura intérêt à s’en remettre au vétérinaire.

Fièvre de lait

Symptômes:

  • 12 à 13 heures après la mise bas, les porcelets commencent à s’agiter, perturbés par la diminution de la quantité de lait
  • La truie n’a plus d’appétit; elle reste fréquemment couchée sur le ventre, afin de soustraire ses tétines douloureusement enflées, parfois durcies, à l’action des porcelets
  • La température corporelle de la truie monte à 42°C, les oreilles sont chaudes au toucher
  • La truie est constipée, l’écoulement du vagin est changé
  • L’instinct maternel diminue fortement.

Causes:

  • Manque de mobilisation du calcium dans le corps de la truie
  • Inflammation de la matrice: à la suite d’une mise bas particulièrement longue, d’une assistance à la mise bas inappropriée, de lésions aux voies de mise bas, de sortie tardive ou incomplète de l’arrière-faix
  • Constipation de la truie peu avant la mise bas: les accumulations de selles sont des foyers idéaux pour les bactérie qui pénètrent dans les tétines par les canaux lactifères ou dans l’utérus par les voies de mise bas et peuvent y susciter des inflammations.

Cette maladie est spécialement dangereuse, car les porcelets ne peuvent pas absorber le premier lait vital pour eux, ou seulement en quantité insuffisante. En outre, les porcelets nouveau-nés ne sont pas en mesure de s’en sortir longtemps sans lait. Ils dépérissent très vite et meurent. Il faut donc appeler sans délai le vétérinaire en cas d’apparition de la fièvre de lait.

Rouget

Il y a différents types de rouget. Nous décrivons ici le rouget aigu.

Symptômes:

  • Fièvre jusqu’à 42°C, refus de s’alimenter, constipation, puis diarrhée; d’abord taches rougeâtres sur la peau, puis passage à une coloration rouge foncé des oreilles, du groin, du ventre et de la poitrine; allure vacillante; les animaux non traités meurent en quelques jours.

Causes:

  • Le rouget est causé par des bactéries qui se rencontrent souvent aussi chez les porcs en bonne santé. La maladie se déclare dans des situations de stress telles qu’un temps chaud et lourd, ou un transport.

On a constaté la présence d’agents pathogènes aussi dans la terre ou dans l’eau. Le rouget se manifeste dans les systèmes de détention extensifs plus fréquemment que dans les systèmes intensifs.

Le traitement doit être entrepris aussi vite que possible par le vétérinaire. Une immunisation préventive fiable est possible.

Peste porcine

Symptômes:

  • Fièvre jusqu’à 41°C; les cochons semblent hébétés, ils ont les yeux collés et ils ne mangent pas. D’abord ils sont constipés, ensuite ils ont la diarrhée, certains vomissent. Ils manifestent des troubles du système nerveux central (ils chancellent, titubent, tournent en rond, sont victimes de paralysie ou de crampes). On observe des lésions cutanées hémorragiques ponctuelles ou étendues. La mort intervient aussitôt, ou 5 à 15 jours après l’apparition de la maladie. La maladie ne se manifeste pas toujours par des symptômes typiques; il y a aussi des animaux qui, en dehors d’une fièvre élevée, n’attirent absolument pas l’attention.

Causes:

  • La maladie est provoquée par un virus extrêmement résistant, à l’épreuve des acides et plutôt stable à la chaleur. Dans la viande de porc salée, il survit quelques mois; dans les demi-carcasses de porc congelées, il peut survivre plusieurs années. C’est pourquoi la transmission par des déchets d’abattage ou de cuisine non stérilisés constitue la source d’infection la plus fréquente. Mais l’épizootie peut aussi être transmise par les sangliers aux cochons domestiques, sur les aires de sortie ou les pâturages.

La peste porcine s’est manifestée pour la dernière fois en Suisse en 1993. Les conséquences de la maladie sont dévastatrices, étant donné qu’on doit éliminer l’ensemble des cheptels touchés et qu’une interdiction d’exportation immédiate des produits de boucherie porcine et des animaux vivants est édictée. De ce fait, l’épizootie est soumise à déclaration obligatoire.